Mon panier

Le Henley, ce n’est pas seulement 18 points au Scrabble. C’est aussi et surtout un incontournable trop peu connu du vestiaire masculin. Alors dans cet article, on va revenir rapidement sur cette pièce « compte triple ».

Avant tout, pour ceux qui ne savent pas de quoi on parle, une définition s’impose : il s’agit d’un t-shirt à manches longues, avec une ouverture à boutons au milieu du buste. Et c’est surtout une excellente alternative au t-shirt. Voyez plutôt :

Henley écru

Ça, c’est pour la faire très courte. Évidemment, c’est bien plus que ça. Mais au moins comme ça, vous avez l’idée générale.

Ça fait un moment qu’on travaille dessus, et pour vous le présenter, on vous invite à faire un tour dans notre atelier. On laisse l’équipe produit vous expliquer comment on a bossé dessus dans cette vidéo :

 

 

Maintenant, rentrons un peu plus dans le détail de ce curieux vêtement.

Une histoire à dormir debout

L'affaire commence mal : les origines du henley, comme sa prononciation, sont relativement floues. Bien que le cinéma américain se le soit approprié pour en faire le tee-shirt de référence de ses cow-boys et autres chercheurs d’or, il faut revenir dans l'Angleterre du 19ème siècle pour trouver les premières traces du henley et plus précisément dans la ville de Henley-on-Thames.

C’est au cœur de ce village bordé par la Tamise, que la pièce fait son apparition sur les épaules des avironistes qui cherchaient une maille légère pour glisser sur l’eau et qui puisse s’ouvrir pour les laisser respirer. Le henley était né.

Rameurs anglais

Sa coupe cintrée et son col boutonné lui offre des capacités thermorégulantes qui séduisent aussitôt les rameurs.

Quelques décennies plus tard, ces propriétés s'attirent les faveurs de l’armée américaine et il gagne finalement ses lettres de noblesse pendant la guerre de Corée en devenant la première couche de vêtement des soldats. L’US Army s’incline devant ce vêtement qui permet de se protéger du froid mais aussi de s’aérer au moindre coup de chaud en déboutonnant astucieusement son col.

On comprend que les classes agricoles et ouvrières s’en soient ensuite emparées, faisant du henley un vêtement-phare du style workwear.

Bucherons en henley

Voilà pour l'historique.

Récapitulons

Quand on s’attaque à une pièce riche d’une telle histoire, on doit la respecter. Et c’est ce qu’on s’est efforcés de faire, dans le moindre détail, tout en répondant aux problèmes dont vous nous parliez dans le questionnaire.

Henley écru

D’abord, la coupe. Vous nous disiez qu’elle était souvent trop large, « effet pyjama ». Ça tombe bien, on voulait justement faire l’inverse. La coupe de ce henley est donc plus ajustée que sur notre T-Shirt. C’est un vêtement qui se porte historiquement plus près du corps.

Coupe ajustée

Pour la matière, on a choisi un coton bio certifié GOTS, le même que pour notre T-Shirt. Le jersey fait 220g/m2, là encore, comme notre T-Shirt, ce qui est plus épais que la norme. La raison ? Il tombe mieux, déjà. Mais surtout, il est plus résistant sur le long terme. D’ailleurs le nôtre ne vrille quasiment pas en machine. Donc vous pouvez y aller, il ne bougera pas.

Pour le col, on a utilisé une technique qui consiste à faire remonter le jersey sous la côte du col, et de le coudre avec une double surpiqure. C’est bien solide et c’est élégant.

Col

Et là vous pourriez vous dire : « mais ce col assez épais risque d’alourdir l’ouverture, et donc de faire tomber les extrémités du col sur elles-mêmes si on l'ouvre. » Vous êtes futé, mais on a pensé à tout.

Pour que le col ne tombe pas n'importe comment sur votre buste, on a ajouté des bandes de popeline en coton de la même couleur que le jersey à l'intérieur du col. Comme ça, quand il est ouvert, il ne tombe pas.

Doublure popeline encolure

Et on s’est fait plaisir sur les détails historiques :

 -  Les bord-côtes des manches font 10 cm et tiennent bien. Dans le questionnaire, vous nous disiez que vos manches se détendent sans arrêt. Eh bien pas celles-là. Ça peut paraître un peu long au premier abord, mais en plus d’être un gage de robustesse, c’est un clin d’oeil à son histoire qu’on apprécie énormément. Initialement, les bords-côtes étaient assez long pour bien se plaquer contre les poignets.

Bord-côtes historiques

 - Les coutures sont réalisées avec la technique du « flatlock » qui donne de l'élasticité, mais surtout un bon look vintage à l’ensemble.

Couture Flatlock

 - La demie lune dans le dos, historiquement pour récupérer la transpiration et le rendre plus facile à laver. Mais on imagine que vous n’allez pas courir le marathon avec, et que vous n’allez plus à la rivière pour laver vos t-shirts. Donc c’est plutôt pour faire joli.

Demie lune au dos

 - Les boutons œil de chat sont en résine couleur corne.

Boutons Oeil de chat

Mais un des trucs les plus importants sur un henley, c’est l’espacement des boutons. S’ils sont trop rapprochés, on dirait un mauvais col tunisien. Et s’ils sont trop éloignés, les ouvertures entre les boutons vont bailler et révéler votre torse bodybuildé à toute la galerie.

Donc on a voulu faire les choses bien et on a trouvé le bon équilibre en écartant les boutons de 9 cm pour les 2 premiers puis 8,5 cm pour le suivant. Ça permet d’avoir une ouverture assez profonde et de ne déboutonner qu’un bouton pour vous aérer un peu la gorge quand vous aiderez votre frère à monter sa machine à laver au 6ème étage sans ascenseur.

Espacement boutons

Voilà voilà.

À l’aise Blaise

Le henley, c’est une pièce hybride. Le porter, c’est assumer un héritage complexe à la croisée de mondes a priori antagonistes que sont le sport, la guerre et le travail. Ça pourrait faire peur, mais que nenni ! Si cette même pièce a pu vivre à la fois sur les épaules des rameurs anglais, des GI américains, des farmers autour du monde, des plus grands acteurs hollywoodiens, en changeant si peu au cours des deux derniers siècles, c’est bien parce qu’elle est particulièrement facile à porter.

Ça se porte à même la peau et généralement en dessous d’une chemise, surchemise, ou veste. Démonstration par notre styliste Antonin.

Look écru

Look gris chiné

Look anthracite chiné

Look Bleu marine

Au fond, c’est simplement un t-shirt à manches longues avec une ouverture devant. Rien de plus, rien de moins.

Et on vous l’a décliné en 4 couleurs :

Un écru : le plus simple, le plus sobre et probablement le plus facile à porter. Attention, il n’est pas blanc. Le blanc optique, sur ce genre de pièce, c’est à éviter.

Écru

Un gris chiné : Là encore, aucun risque, ça passe partout.

Gris chiné

Un gris anthracite chiné : Plus sombre, qui se porte très bien seul.

Anthracite chiné

Un bleu marine bien profond : le même que celui de notre T-Shirt. Impossible de se tromper.

Bleu marine

Le lancement ?

Tout ça pour vous dire qu’on sortira ce Henley mardi prochain à 10h sur notre site. Pour ceux qui veulent s'amuser avec un mètre ruban ce weekend, le guide des tailles est juste là :

Guide des tailles

Il sera à 39€ en précommande pendant 6 jours, et les livraisons commenceront mi-août.

L'atelier de confection, c'est Eigui, au Portugal. Les mêmes qui sont en train de bûcher sur les T-Shirts qu'un bon nombre d'entre vous attendent patiemment et que près de 10 000 d'entre vous ont déjà reçu.

On espère qu’il vous plaira et si vous voulez être dans les premiers à être livrés, on vous conseille de vous inscrire à la déclinaison qui vous intéresse, histoire d’être notifié du lancement en premier.

Si vous avez des questions, c'est juste en dessous !

ASPHALTE

FR
FR