Shopping Cart
Delivery to the UK, Germany, Spain and Italy for 9€ with free returns and exchanges.

Le Sweatshirt, ou Sweat pour les intimes est un vêtement qu’on connaît bien sans vraiment savoir comment. Un peu comme un vieux copain qu’on ne sait plus exactement comment on a rencontré mais qui a toujours été là.

C’est le seul pull que vous embarquez dans votre valise quand vous partez en week-end d’avril à septembre. Il tient chaud, mais pas trop, il est doux à l’intérieur, et badass à l’extérieur.

Mais c’est surtout un produit sur lequel vous étiez vraiment inspirés, et probablement un sur lequel on a reçu le plus de réponses à notre questionnaire jusqu’à maintenant. Vous n’étiez pas loin de 6000 à nous dire ce qu’il vous faudrait. Et 6000, c’est beaucoup.

En moyenne, vous avez passé 5 minutes et 38 secondes à nous remonter vos problèmes et ce que vous aimeriez qu’on fasse sur ce produit. Mis bout-à-bout, ça fait environ 538 heures. Ou 22 jours. On avait donc pas mal de pression.

Bref, on commence par vous raconter comment on s’y est pris dans cette vidéo et on rentre dans le détail technique juste après.

 

Comment fait-on un bon Sweatshirt ?

On va éviter d’être trop technique, mais il y a quand même des infos assez spécifiques à savoir sur ce Sweat. Comme le dit Antonin dans la vidéo, on cherchait vraiment à respecter son héritage sportswear et donc à conserver sa construction avant tout utilitaire et confortable avec des tas de petits détails qu’on va vous expliquer en images.

Mais d’abord, bandes de petits fripons, on sait que ce qui vous intéresse le plus, c’est de voir toutes les couleurs. Alors faisons les présentations, comme ça on n’en parle plus et on peut passer au plat de résistance.

Un bleu marine foncé juste comme il faut.

Sweatshirt bleu marine

Un noir tout ce qu’il y a de plus sobre.

Sweatshirt noir

Un kaki doux et militaire à la fois.

Sweatshirt kaki

Et un moutarde qu’on n'a pas pu s’empêcher de vous proposer. On nous reproche parfois de ne pas se laisser aller dans la couleur, alors cette fois, vous êtes servis.

Sweatshirt moutarde

Maintenant, on attaque.

D’abord la matière.

Pour faire un bon couscous, il faut une bonne semoule.

Et c’est pareil pour le Sweat. Il faut un bon coton. Le nôtre, vous commencez à le connaître, c’est le même que sur notre T-Shirt et notre Henley. C’est un coton bio certifié GOTS qui vient d’Inde. Le coton bio, en gros, c’est mieux parce que ça défonce moins la planète et la santé des agriculteurs.

Matière coton bio

Vous étiez 32% à nous dire que vos sweats étaient soit trop légers, soit trop fins. Alors ni une ni deux, on a pris le problème à bras-le-corps pour vous faire un sweat plus épais que la moyenne.

Il est ensuite filé et tricoté au Portugal dans un molleton assez épais, de 500g/m2. Le molleton, c’est une technique de tricotage dans la famille des jerseys qui donne le même aspect qu’un t-shirt sur l’extérieur, mais des petites boucles à l’intérieur, qui peuvent soit être laissées telles qu’elles, soit grattées pour donner plus de douceur.

Et le nôtre, vous avez demandé à ce qu’il soit doux. Alors on n’y est pas allés par Quatre Chemins, on l’a transformé en un véritable petit cocon de coton. On a gratté l’intérieur pour que chaque interaction avec votre peau soit aussi douce qu’une caresse de nuage. Non non, on n’en fait pas trop.

intérieur gratté

Ensuite la coupe.

Elle ne doit pas être trop fitée. C’est initialement un vêtement de sport, donc dans lequel on se sent bien à l’aise. Mais ce n’est pas non plus une raison pour vous proposer un sac de pommes de terre. Alors on vous a fait une coupe à notre sauce. Ni trop longue, ni trop large. Ni trop « boxy » ou courte, ni trop moulante. En gros, sur le même modèle que le Pull Parfait de cette année pour ceux qui ont eu la chance de le porter cet hiver.

L’épaisseur du molleton permet de donner un beau tombé volumineux à la matière. Et ça c’est cool.

Voyez plutôt :

tombé volumineux

Mais surtout pour garder un esprit sportif et vintage, on lui a donné des manches « raglan ». C’est une construction de manche qui consiste à ne pas avoir de couture au niveau de l’épaule. Le raglan donne un look un peu sportswear, arrondit un peu vos épaules, laisse deviner votre carrure en faisant naitre un subtil jeu de volume. Bref c’est joli.

Construction rétro futuriste.

C’est là que ça devient un peu technique. On va essayer d’être clairs. Accrochez-vous, c’est parti.

Pour assurer que les panneaux de molleton ne se détendent pas, on les a assemblés avec le jersey à l’horizontale et non verticale comme sur un t-shirt. C’est une manière qu’avaient des premières marques américaines de sweatshirts d’assembler les panneaux pour assurer qu’ils ne se détendent pas en longueur ou en largeur et donc lui donner une meilleure longévité.

Zoom col

Mais du coup, pour vous laisser quand même respirer un peu et vous permettre de bouger en toute liberté au prochain barbecue dominical, il fallait trouver une technique.

Et en gros, la plupart des sweats que vous connaissez aujourd’hui sont construits de la même manière. Il y a 4 panneaux de molleton assemblés les uns aux autres : un devant, un derrière, et un pour chaque manche.

Bon et bien nous, on a retrouvé sur une fripe un détail qui a fait tilt. Il n’y avait pas 4 panneaux, mais 6. Oui, vous avez bien lu, six panneaux. On imagine bien que vous êtes scotchés derrière votre écran en vous disant « Mais comment est-ce possible ? 6 panneaux ? Je n’arrive pas à y croire ! Il faut que j’appelle Armand ! ». C’est vrai que bon, ça n’a pas l’air comme ça mais en fait c’est important.

Parce que les 2 panneaux ajoutés sont sous les aisselles. Mais surtout, ils ne sont pas en molleton, non Monsieur, ils sont en côtes 1/1. C’est facile à retenir, de chaque côté, vous avez des côtes. Comme ceci :

Panneau de côte sous les aisselles

Ces côtes sur chaque côté permettent d’apporter de la souplesse à la pièce.

Zoom bleu

On n’a pas inventé cette technique hein, on l’a trouvée sur une pièce d’un des plus vieux fabricants de sweat et on a trouvé ça super cool visuellement et techniquement. Donc on vous le réexplique et on le refait. Hop.

Ça nous donne une pièce à la fois épaisse et souple dans laquelle vous serez bien pour un petit bout de temps. On l’a testé au lavage en labo et ça ne bouge pas.

Flatlocks

Ça c’est le détail duquel on est tombés amoureux sur le Henley et on ne s’en lasse pas. C’est une manière de coudre les panneaux ensemble qui est assez rétro mais surtout hyper belle visuellement.

Donc on en a mis partout. Tout simplement.

Couture flatlock

Col renforcé

Et le dernier détail, c’est le col qui, comme sur un t-shirt, peut avoir tendance à bailler au bout de quelques mois. Donc on a fait la même construction que sur notre T-shirt, c’est-à-dire que le molleton remonte à l’intérieur du col. Ce ne sont pas deux éléments séparés cousus ensemble. Le col en côtes est cousu par-dessus le molleton avec une double surpiqûre. Là encore, ça ne bougera pas d’un poil.

Col noir

Voilà voilà.

Donc la précommande commencera mardi prochain à 10h sur le site et elle durera un mois. 

Mais surtout le prix ? Et bien ce sera 59€ en précommande. Oui. 59€. Et oui. C’est dingue. On dirait une pub radio mais que voulez-vous. 

Et pour la livraison, les premiers Sweatshirts seront livrés mi-août, les suivant fin août et le reste début septembre.

Si vous avez un doute sur votre taille, voilà le guide des tailles :

Guide des tailles

Et si vous avez une question c’est juste en dessous.

Allez à Mardi !

EN
EN